En Tasmanie, nous avons l’occasion de travailler deux mois et demi dans un vignoble et profitons donc de nos weekends pour visiter les recoins de cette superbe île !

LAUNCESTON
Launceston est la deuxième ville de Tasmanie, après Hobart et c’est là que Nathalie a travaillé un an dans une école il y a 8 ans. C’est une petite ville où il fait bon vivre, où l’on retrouve des singes dans le parc, des festivals, un petit port, etc. On y trouve aussi Cataract Gorge, un domaine naturel idéal pour se promener, nager ou faire des barbecues.
Au nord de Launceston, on retrouve de belles régions viticoles dont la Tamar Valley ou Pipers river. Nous y avons fait quelques bonnes dégustations.

FREYCINET NP – WINEGLASS BAY
Le parc national de Freycinet est particulièrement connu pour la plage de Wineglassbay, une des plus belles plages d’Australie, c’est donc une destination que nous souhaitions faire en Tasmanie. Nous passons le weekend dans le parc national à faire le « Penisula Track », une randonnée de 2 jours. Nous commençons par atteindre Hazards Beach, que nous longeons entièrement et où nous croisons un wallaby et un serpent Tiger Snake, une des plus dangereux qui est mort donc ne présente plus trop de risque. Nous continuons jusqu’à Cooks Beach où nous passons la nuit, nous espérions être un peu plus seuls car on y retrouve une bonne dizaine de tentes. Heureusement, nous sommes arrivés assez tôt pour avoir un superbe emplacement. Le deuxième jour, nous montons jusqu’à 579m (comme c’est haut  ! ) pour admirer la vue avant de redescendre jusqu’à Winglass bay, qui est vraiment superbe. Lors de cette deuxième journée, nous n’avons croisé personne et avons ainsi apprécié la nature. Nous longeons toute la plage puis remontons jusqu’au point de vue et au parking. On voit que le point de vue est touristique et on est bien heureux d’avoir fait une randonnée de 2 jours pour être plus à l’écart.

CRADLE MOUNTAIN NP
Cradle Mountain est un parc national idéal pour la randonnée à la journée ou pour le départ de l’Overland Track, une randonnée de 6 jours à travers tout le parc national, reliant Cradle Mountain à Lake Saint Clair. Nous y avons passée deux jours et c’est une durée idéale !
Le premier jour, nous choisissons de partir le long des crêtes, près des Twisted Lakes pour mounter jusqu’au sommet de Cradle Mountain. La météo se couvre et le vent se lève, on se retrouve donc sur les crêtes à craindre de s’envoler et arrivés à l’intersection, on décide de faire le sommet le lendemain : ça n’a pas beaucoup d’intérêt de faire un sommet dans le brouillard, surtout quand on entend que le chemin est parfois plus de l’escalade de rochers. Nous continuons donc notre boucle des crêtes autour de Dove Lake, en passant par la wombat pool qui est vraiment très mignonne. Nous terminons donc notre tour après 4 heures de marche et partons vers le centre d’information pour y jeter un œil : on y voit un beau wombat occupé à grignoter de l’herbe !
Le dimanche, la météo est avec nous ! Un grand soleil et pas trop de nuages, on va pouvoir s’attaquer au sommet. On prend le chemin qui contourne Dove Lake avant de passer près de Wilks Lake par un petit chemin passant par une forêt plutôt tropicale. La montée pour le sommet est superbe. La première partie est une chemin rocailleux puis on passe aux choses sérieuses car il faut sauter d’un rocher à l’autre, grimper par ci, glisser par là. On y trouve même deux trois endroits plus stratégiques, il faut donc bien prendre son temps pour ne pas se planter. Une fois arrivés en haut, la vue vaut la peine ! La descente est un peu plus rapide et notre envie de toujours prendre d’autres chemins nous emmène sur le Horse Track, un chemin qui longe Crater Lake et permet d’avoir une vue sur les deux lacs en même temps, le bonus étant que nous y croisons personne !

Cette deuxième journée de marche nous aura pris 5h30, en nous épuisant bien !
Pour la partie pratique, il faut savoir que Cradle Mountain ne possède qu’un seul camping qui est naturellement très cher (42AUD pour une tente et deux personnes) et aux alentours du parc on ne trouve pas d’autres campings, gratuits ou non. N’ayant pas envie de payer autant, nous avons réussi à trouver un petit chemin caché à 15 minutes du parc et avons eu la chance de ne pas avoir de soucis…

MARIA ISLAND NP
L’île de Maria est particulièrement prisée pour la randonnée à pied ou à vélo. Elle est située à quelques kilomètres de la côte est de Tasmanie, avec un accès uniquement en ferry. Le bonheur de cette île est qu’on y retrouve beaucoup de faune et de flore.
Notre premier essai pour aller sur Maria Island est tombé à l’eau car nous n’avions pas réservé le ferry pour aller sur l’île, mais on ne se fait pas avoir deux fois et on réserve une semaine à l’avance pour avoir nos places. C’est de la petite ville de Triabunna que part le ferry, avec tout le folklore que cela implique : les enfants, les vélos, les sacs en tout genre et surtout, n’oublions pas les frigo-box… et puis nous deux, avec nos sacs à moitié vides pour être au plus léger. La traversée prend une demi-heure et c’est l’heure de chance car nous avons quelques dauphins qui viennent jouer dans les vagues du bateau au plus grand plaisir de tous ses passagers qui deviennent obnubilés par ces superbes mammifères.
Arrivés à Darlington, et après avoir fait une chaîne humaine pour débarquer tous les brols de tout le monde, nous faisons un rapide saut chez les rangers pour laisser nos gros sacs et commençons la marche de Bishop & Clerk, un pic rocheux qui offre une magnifique vue sur l’île, ainsi que sur la côte est de la Tasmanie et le Freycinet NP où nous étions il y a un mois. En redescendant, nous faisons le détour par l’aérodrome (quelques cônes posés dans la prairie) pour espérer y voir des Kangourous. Nous en croisons 4-5 en train de brouter tranquille, accompagnés d’oies et de l’un ou l’autre wombat. Le pic-nic avalé à Darlington, nous reprenons la marche pour Frenchs Farm, notre lieu de camping. La pluie fait son apparition mais heureusement, elle n’effraie pas trop les wombats que nous croisons en quantité ainsi que les Kookaburras qui rient dans les arbres. La soirée, nous la passons avec 3 français qui se sont réfugiés dans l’ancienne maison avec nous. Nous repartons le dimanche matin en sens inverse et terminons par Darlington et son histoire. Maria Island était, comme d’autres îles tasmaniennes, un site pénitencier crée par les anglais avant qu’une cimenterie s’y installe puis des fermiers et finalement plus personne. On y retrouve donc certains des anciens bâtiments des différentes époques avec quelques petites explications historiques. Il n’y a pas d’habitants sur l’île et les deux seuls véhicules sont ceux des Rangers. Comme la faune y est naturellement protégée, l’île est devenue un parc national et ces dernières années, des diables de Tasmanie y ont été introduits pour protéger cette espèce menacée.

BAY OF FIRES
Nous avons passé une journée à la très renommée Bay of Fires. Cette belle baie est située sur la côte est, au nord de St Helens. Les plages de sable blanc et l’eau bleue font rêver et on y voit les surfeurs en profiter. Le nom vient du lichen qui recouvre les rochers d’une couleur de feu.
Après une après-midi passée à se promener le long de l’eau, nous avions fait le tour et sommes partis sur St Helens pour un délicieux fish&chips. La météo n’étant pas avec nous, Bay of Fires ne nous a pas spécialement marqués, mais on se doute bien que sous le soleil, les couleurs doivent valoir le détour.